L’indice Atmo

L’indice ATMO

L’indice ATMO caractérise la qualité de l’air globale pour les agglomérations dont la population dépasse 100 000 habitants. Il est représenté par un chiffre allant de 1 à 10 associé à un qualificatif (de très bon à très mauvais) et une couleur (vert à rouge). Cet indice et son mode de calcul sont précisément définis au niveau national par l’arrêté du Ministère de l’Écologie et du Développement durable du 22 juillet 2004 et l’arrêté du 21 décembre 2011 modifiant l’échelle de calcul pour les particules.

Cet indice est déterminé à partir des niveaux de pollution mesurés au cours de la journée par les stations de fond urbaines et périurbaines de l’agglomération et prend en compte les différents polluants atmosphériques, traceurs des activités de transport, urbaines et industrielles. Le type de site de mesure pris en compte est précisément défini : il s’agit de sites de fond situés dans les zones fortement peuplées de l’agglomération.

Dans son calcul interviennent :

  • le dioxyde de soufre (d’origine industrielle)
  • les poussières (d’origine industrielle, liée au transport et au chauffage)
  • le dioxyde d’azote (lié aux transports, aux activités de combustion et de chauffage)
  • l’ozone (polluant secondaire issu principalement des transports et de l’utilisation des solvants et des hydrocarbures)

Pour chaque polluant un sous-indice est calculé. Chaque sous-indice est déterminé chaque jour à partir d’une moyenne des niveaux du polluant considéré sur l’ensemble des stations retenues.
Pour les particules, on prend la concentration moyenne journalière sur chaque site.
Pour le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote et l’ozone, c’est la concentration maximale horaire du jour qui est relevée sur chaque site.

C’est le sous-indice maximal qui est choisi comme indice ATMO final caractérisant la qualité de l’air globale de la journée considérée.

indices_2012

L’Indice Ozone

Il est calculé uniquement sur le polluant ozone (selon la même échelle que pour l’indice Atmo).

L’iQa

Indice de Qualité d’air, calculé sur la même échelle que l’indice atmo, il concerne les agglomérations de moins de 100 000 habitants ou les zones non urbaines, calculé sur la base de un à quatre sous-indices.

close