Impacts sanitaires

15 000 litres d’air transitent chaque jour dans nos poumons, un chiffre colossal pour une fonction vitale dont nous ne sommes pas toujours conscients. L’air est le premier des éléments indispensables à la vie, mais c’est aussi un élément soumis à la pollution humaine. Les polluants de l’air sont très nombreux. Même si leurs concentrations sont très faibles, ils peuvent avoir des effets sur la santé et sur l’environnement. La pollution de l’air extérieur est responsable, chaque année de 4,3 millions de morts et celle de l’air intérieur de 3,7 millions de morts. L’exposition à la pollution de l’air représente donc un réel enjeu de santé publique.

Un impact sanitaire même à de très faibles concentrations

Au-delà des épisodes de pollution, il est aujourd’hui démontré que la pollution de l’air a également un impact sur la santé à des niveaux de concentrations bien inférieurs aux seuils réglementaires.

L’Organisation mondiale pour la santé a ainsi classé la pollution de l’air et les particules en suspension cancérogènes.

Tous concernés !

Les effets de la pollution de l’air sur la santé dépendent de la toxicité du polluant, de sa concentration et de la durée de l’exposition. Ils sont variables d’un individu à l’autre.

Les populations sensibles sont principalement les nourrissons et les jeunes enfants, les personnes âgées, allergiques ou asthmatiques, les sportifs et les fumeurs.

A court terme, l’exposition aux polluants peut provoquer des symptômes irritatifs au niveau des yeux, du nez et de la gorge, mais peut également favoriser la survenue d’un infarctus du myocarde, aggraver des pathologies respiratoires chroniques (asthme, bronchite…), voire provoquer le décès.

A long terme, et même à de faibles niveaux, la pollution atmosphérique peut induire des effets sanitaires comme la survenue d’un cancer du poumon, d’une maladie cardiorespiratoire, d’une naissance prématurée, d’une altération de la fonction cognitive chez l’enfant ou d’une démence chez les personnes âgées.

Il est reconnu à chacun le droit de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé et d’être informé de la qualité de l’air qu’il respire
Code de l’Environnement L220-1

En savoir plus

close