Bilan 2016 de la pollution à l’ozone

Publié le 23 décembre 2016

L’ancienne région Languedoc-Roussillon, comme l’ensemble du Sud méditerranéen, est particulièrement affectée par la pollution à l’ozone, favorisée par un fort ensoleillement et des températures élevées. Cette pollution fait l’objet d’une surveillance pérenne mise en place par AIR LR. Après une augmentation des concentrations observée en 2015, les concentrations d’ozone sur la région sont en légère baisse en 2016.

Lors de l’été 2016, le dispositif permanent de mesure de l’ozone couvrait 45 % de l’ancienne région Languedoc-Roussillon, soit 77 % de la population.

Ce dispositif est complété par une plate-forme de modélisation qui fournit quotidiennement, sous forme de cartographie, les prévisions des maxima d’ozone sur la région Languedoc-Roussillon.

DES CONCENTRATIONS EN LÉGÈRE baisse SUR L’ENSEMBLE DE LA RÉGION

En 2016, les concentrations d’ozone sur l’ancienne région Languedoc-Roussillon sont en moyenne en légère diminution par rapport à 2015.

ozone 2016

Cette baisse des concentrations estivales d’ozone entre 2015 et 2016 est :

  • sensible (diminution de plus de 5%) en milieu Péri-urbain ou rural dans le Gard,
  • plus modérée sur les autres zones surveillés de façon permanente.

Cette légère diminution des concentrations d’ozone s’explique par des conditions météorologiques moins favorables en 2016 à la formation et à l’accumulation de l’ozone qu’en 2015. La production et l’accumulation d’ozone dans l’atmosphère est favorisée lors des épisodes de forte chaleur, de fort ensoleillement et de vent faible.

4 ÉPISODES DE POLLUTION À L’OZONE EN 2016

En 2016, 4 procédures d’information dues à des épisodes de pollution à l’ozone ont été déclenchées, contre aucune 13 en 2015. Comme les années précédentes, aucune procédure d’alerte n’a été déclenchée en 2016.

close